Douleurs de règles: Comment s’en sortir

Aujourd’hui on va parler règle. À mes yeux, il est important qu’on en parle enfin sans chuchoter. Les règles, cela arrive à toutes personnes ayant un utérus. Il est temps qu’on en parle et qu’on démystifie ces saignements.
Malheureusement, je fais parti de la catégorie de personnes ayant des douleurs de règles tellement fortes que dans les premiers jours je ne suis active qu’à 15%. Je fais aussi partie de la catégorie de personnes dont les SPM sont bien présents et mènent quelque peu ma vie.

Dans cet article, je ne vais pas vous indiquer les solutions dont tous les articles parlent mais plutôt ce qui fonctionne pour moi lors de cette semaine plutôt léthargique de ma vie.

  • Ne rien faire
Photo de Isabelle Taylor

Vous n’allez pas tarder à vous en rendre compte mais je suis plus du genre à planifier un mois à l’avance plutôt que vivre au jour de le jour.
Ainsi, je fais en sorte de planifier à l’avance ce que j’ai à faire dans mon mois et il m’arrive souvent de ne pratiquement rien faire pendant mes deux premiers jours de règles.

Attention à ne pas culpabiliser. C’est ok de se prendre un ou deux jours pour ne rien faire si ce n’est se regarder l’intégrale de FRIENDS en 48 h. Vous saignez girls, prenez donc un repos mérité puis remettez-vous au travail après.

  • La bouillotte

Notre chère amie la bouillotte. Pouvez vous croire que jusqu’à récemment, je n’en avais pas ? Je prenais des douches chaudes lors de ma semaine de règles afin d’apaiser mes muscles mais je n’avais rien d’autres. Je peux vous dire que l’acquisition de ma bouillotte change ma « journée règle » et me permet de commencer celle-ci du bon pied.

D’ailleurs Rhumy et Champagne aussi l’apprécie cette bouillotte. Ils me volent ma chaleur en faisant leur sieste sur celle-ci. Mais on ne va pas s’en plaindre, faire des câlins à nos animaux aide aussi beaucoup lors de période de règles!

  • Boire et manger

Boire beaucoup d’eau aide dans tous les cas, c’est sûr. Mais ce qui m’aide également beaucoup, c’est le fait de boire des boissons chaudes qui me réconfortent. Bien que je puisse lire partout que la caféine est à consommer avec modération, j’en bois tout de même. Pour avoir fait l’expérience une fois sans, je peux vous dire que j’étais encore plus ronchon.
Manger des choses grasses est, normalement, également à proscrire. Personnellement, je fais encore une fois tout l’inverse et je mange ce dont j’ai envie, un point c’est tout. Si j’ai vraiment envie de manger de la malbouffe, et bien j’en mange (ce qui est déjà positif car j’ai souvent la nausée pendant mes règles et j’ai l’habitude de grignoter pleins de chose mais en toute petite quantité, si ce n’est parfois même de ne rien manger du tout….)

  • Des siestes à gogo
Photo de Ketut Subiyanto

Le fameux « Netflix and Chill » mais avec douleur…. Selon la Sleep Health Fondation, beaucoup de femmes se disent atteintes de troubles du sommeil lorsque leurs règles sont sur le point d’arriver ou déjà présentent. Selon la SHF, la difficulté à s’endormir ou rester endormie est un symptôme des SPM et serait dû aux changements hormonaux que notre corps subis en lien avec notre cycle menstruel!

Alors faite la votre sieste! De un, vous la méritez et de deux, c’est la science qui le dit. Vous verrez, vous vous sentirez mieux après.

  • Anti-inflammatoire et autres médication
Photo de Polina Zimmerman

Bien souvent, la douleur est telle qu’il me faut de la médication. En France j’avais une prescription pour un médicament particulier (dont j’ai complètement oublié le nom, je l’avoue), cependant celle-ci n’est plus valide. N’ayant pas de médecin de famille au Québec, je n’ai jamais pris le temps de faire une demande de prescription pour un médicament plus fort. Je reste donc avec mes gentils Advil et tout autres anti-inflammatoire pouvant m’aider à gérer mes douleurs.

  • Les bonnes protections
Photo de Karolina Grabowska

À mes yeux, le choix de vos protections périodiques in-flux (ouais, piètre jeux de mot entre influer et flux 🤷🏻‍♀️) aussi beaucoup sur la manière dont vous vivez vos règles. Que ça soit la cup, les serviettes hygiéniques, les tampons ou même le flux instinctif, faite ce avec quoi vous êtes le plus à l’aise. J’utilise personnellement des protections réutilisables de chez Öko fait a base de chanvre écologique et cela a changé ma vie!

  • On s’écoute et on demande à notre entourage de faire pareil

En fin, je pense que l’essentiel est de s’écouter. Parfois certaines périodes de règles vont bien et parfois moins. C’est ok de parfois se sentir bien, bouger et effectuer pleins d’activités et d’autres fois de se sentir vraiment moins bien, d’avoir envie de pleurer et de ne pas pouvoir faire un pas sans douleurs. Faites selon ce que vous juger être bon pour vous et ne vous forcez pas.
Vous avez le droit d’annulé un rendez-vous avec des amis car vous ne vous sentez pas bien. Vous avez aussi le droit de couper votre cellulaire pour la journée, rester en pyjama, demander de l’aide pour bouger le moins possible.

N’hésitez pas à éduquer votre entourage sur les SPM et les douleurs que les règles peuvent amener. Lors de ces journées douloureuses, ils peuvent vous aidez en changeant l’eau de votre bouillotte, vous préparant une boisson chaude ou juste comme soutient morale !

Photo de Trung Nguyen

Sur ce, je m’en vais changer l’eau de ma bouillotte et câliner Champagne!
N’oubliez pas de me dire en commentaire vos astuces anti-douleurs de règles 🙂


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :